Damien Thiéry : « Sans contreparties, la Blackbox est un système incomplet »

 

Selon le député fédéral belge Damien Thiéry, le SCE module data « Blackbox » ne trouve son intérêt uniquement que dans le fait d’éviter que la restauration ne fasse de l’argent au noir. Pour lui, si on met en place un système comme la « Blackbox », dans tous les restaurants, on doit veiller aussi à mettre en place une compensation pour engager du personnel.

Damien Thiéry précise d’ailleurs que ce système qui se veut d’actualité n’est toujours pas installé dans l’ensemble des restaurants et cela crée un déséquilibre entre ceux qui jouent le jeu et les autres établissements. Selon lui, certains établissements seraient contrôlés et donc pénalisés et d’autres non.

Dans cette logique, il faudrait se donner les moyens de la politique qui a été instaurée. Cette « Blackbox » doit donc, selon le député fédéral, être disponible pour tout le monde, en sachant qu’il faudra probablement retravailler dans ce domaine pour alléger encore les charges sociales pour les restaurateurs. Toujours selon Damien Thiéry, ce système se voulait « donnant-donnant », mais n’a pas été appliqué comme cela.

Il souligne que : « s’il y avait eu, en contrepartie de ce système strict, une compensation pour des établissements déjà existants, cela aurait été plus bénéfique ». Pour lui : « il est vrai que pour l’ouverture d’un nouvel établissement les charges sociales des premiers emplois ont été supprimées, mais ce n’est pas le cas pour les anciens restaurants. Ce n’est donc pas un système complet ».

« Si les charges sociales sont trop importantes la différence se retrouvera dans la note du client »

Damien Thiéry rappelle que la restauration est un secteur particulier qui connaît également ses limites, car « si les charges sociales sont trop importantes la différence se retrouvera dans la note du client ». Il pose la question du choix entre un secteur Horeca florissant avec des prix abordables ou un secteur serré de tous les côtés qui perdrait petit à petit sa clientèle.

Selon lui, il faut trouver un juste milieu, mais il faut dans tous les cas que les règles soient appliquées, que la fraude soit combattue par tous les moyens possibles, mais que en contrepartie, il faut comprendre comment le secteur fonctionne et lui donner des opportunités pour pouvoir continuer à travailler avec du personnel, sans étouffer complètement le patron de l’établissement par les charges sociales et l’obliger ainsi à fermer son établissement.

Il rajoute que, s’il s’avère que l’objectif de contrôle de la fraude n’a pas été atteint, il faut revoir entièrement le système ou si le système a fonctionné, il faut l’imposer chez tout le monde, mais surtout retravailler sur d’autres initiatives afin aider les restaurateurs dans la gestion du personnel et diminuer les charges sociales.

En conclusion, pour ce député fédéral, s’il faut revoir ce système, il faudra alors envisager d’autres choses, en n’oubliant pas que certains établissements ont dépensé beaucoup pour se mettre en ordre.

Source : https://www.horecatv.be/secteur/restaurants/damien-thiery-sans-contreparties-la-blackbox-est-un-systeme-incomplet/